Recherche

0 Résultat Résultats

Évènements

Nouvelles

Pages

Catégories

Catégorie : Fêtes et célébrations

Saint Joseph au berceau de l’histoire du Canada

L’histoire raconte que lors de son expédition chez les Hurons en 1615, M Samuel de Champlain était accompagné du Franciscain Récollet, Père Joseph Le Caron qui célébra la première messe en pays Huron le 12 août 1615 et baptisa cette première mission, à Quienonascaran, du nom de Saint Joseph. En 1624 (probablement entre le 16 juillet et le 15 août), le Père Le Caron confie toute la nouvelle colonie aux bons soins de Saint Joseph comme l’atteste ce qu’il écrivit dans ses mémoires : « Seize-cent-vingt-quatre, nous avons fait une grande solennité…, par un vœu que nous avons fait à Saint Joseph que nous avons choisi pour le patron du pays et protecteur de cette Église naissante ». (Annales de Saint Joseph, 13ème Année, Janvier 2024, p. 11).

Compagnon du frère André

Frère André, un cœur qui écoute. Homme de prière et d’une grande simplicité, il a incarné la parole de Jean-Baptiste devant Jésus : « Lui, il faut qu’il grandisse et que moi, je diminue » (Jn 3, 30). Sa réputation de thaumaturge et de sainteté s’est rapidement fait connaître. L’humble religieux n’a pourtant jamais recherché la reconnaissance, encore moins la gloire. Il ne cessera de se dire « l’instrument de saint Joseph », son compagnon de vie spirituelle.

Compagnon dans l’espérance

L’espérance ne va pas de soi. Il est plus facile de désespérer, de se laisser gagner par la tristesse ou la lassitude. Combien se découragent! Consciemment ou pas, on laisse parfois l’espérance dans l’oubli et on répète : « À quoi bon? À quoi ça sert de continuer? »

Compagnon de nos familles

Jésus a sans doute toujours appelé Joseph « abba », c’est-à-dire « papa ». C’est de la même façon qu’il s’adressera plus tard à Dieu son Père. C’est par le même vocable – combien intime! – qu’il invitera ses disciples à prier Dieu le Père : « Quand vous priez, dites : Notre Papa qui es aux cieux… »

Compagnon de notre Église

Joseph, on le sait, a eu ce privilège de partager la maisonnée de deux êtres d’exception : Jésus et Marie. Comme père « terrestre » de Jésus, Joseph l’a pris dans ses bras, a accompagné ses premiers pas, lui a tenu la main pour l’emmener à la synagogue ou au marché, lui a appris ses prières juives, a eu la joie de le retrouver, adolescent, au bout de trois jours au temple de Jérusalem. Quel beau rôle de protecteur et d’éducateur Joseph a-t-il joué dans la jeunesse de Jésus!

Compagnon de nos ancêtres

L’année 2024 marque le 4e centenaire de la consécration du Canada à saint Joseph. Dès 1624, les Récollets, premiers missionnaires européens venus en Nouvelle-France, ont consacré la jeune colonie et l’Église naissante du Canada à saint Joseph.

Ce patronage de notre grand pays sera plus tard officialisé par deux papes : Urbain VIII en 1637 et Grégoire XVI en 1834.

Vœux de Noël du recteur

En cette période de Noël, que la paix et la sérénité inondent vos cœurs et vos foyers. Que la lumière de l’étoile qui a guidé les Rois Mages vers le Christ nouveau-né illumine votre chemin et vous apporte l’espoir et la joie.

Noël est un moment privilégié pour partager l’amour, la compassion et la générosité avec nos proches et même avec ceux que nous ne connaissons pas. C’est une occasion de tendre la main à ceux qui en ont besoin, de répandre la chaleur de l’amitié et de cultiver la compréhension mutuelle.

Un temps pour rendre grâce

par Claude Grou, c.s.c.

Membre de l'équipe pastorale de l'Oratoire Saint-Jospeh

octobre 4, 2023 Fêtes et célébrations, Frère André, Spiritualité

Chaque année en octobre nous célébrons l’Action de grâce. Ce temps des récoltes nous incite à rendre grâce pour les largesses de la nature. À l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, nous rendons grâce au Seigneur pour ses largesses, mais nous rendons grâce d’une manière toute particulière pour ce lieu d’accueil, de prière et de paix, et pour celui qui l’a rendu possible, saint frère André. Le 19 octobre nous soulignons l’anniversaire de la première messe célébrée en 1904 dans ce petit oratoire sur la montagne et le 17 nous rendons grâce aussi en ce jour d’anniversaire de la canonisation du frère André.

Pâques ou la consolation du Ressuscité

Avez-vous remarqué combien les textes bibliques que nous entendons à Pâques sont des textes de consolation ?

Au fil des jours de l’octave en effet, c’est-à-dire la semaine liturgique qui suit la solennité de Pâques, la Parole de Dieu nous ouvre à la présence de Jésus Ressuscité.

Et chaque fois, il surprend ses interlocuteurs éprouvés par la tristesse et le deuil en leur apportant paix et consolation : « Soyez sans crainte ! » (Mt 28, 10, Vigile pascale et lundi de Pâques) ; « Pourquoi pleures-tu ? » (Jn 20,13, mardi) ; « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » (Lc 24,32, mercredi) ; « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? » (Lc 24,38, jeudi) ; « C’est le Seigneur ! » (Jn 21,7, vendredi) ; « [Marie Madeleine] partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient » (Mc 16,10, samedi).

Chemin de Carême avec Jésus

Le Carême chrétien commence toujours avec le mercredi des Cendres et finit avec le dimanche des Rameaux qui ouvre la porte de la Semaine sainte.

C’est un cheminement de 40 jours, dans le jeûne, la prière, la méditation, le partage, en mémoire des 40 jours passés par le Christ dans le désert, sous la mouvance de l’Esprit-Saint (Mc 1, 12-13, Mt 4, 1-1, Lc 4, 1-13).

Cette retraite de Jésus dans le désert fait écho aux 40 jours et 40 nuits de Moïse sur le mont Sinaï où il reçoit les deux tables de la Loi (Ex 24, 18), à son jeûne de 40 jours et de 40 nuits pour intercéder en faveur d’Israël qui avait gravement péché en fabriquant et en adorant le veau d’or (Dt 9, 18.25), aux 40 années de pérégrination des Hébreux dans le désert (entre l’Égypte et la Terre Promise; Ex 24, 18) et enfin aux 40 jours de marche du prophète Élie à la rencontre de Dieu sur le mont Horeb (1R 19, 8).

 

La Présentation du Seigneur au Temple

par Claude Grou, c.s.c.

Membre de l'équipe pastorale de l'Oratoire Saint-Jospeh

février 2, 2023 Fêtes et célébrations, Frère André, Spiritualité

La liturgie d’aujourd’hui est le résultat d’une longue évolution dans laquelle deux éléments se côtoient. Une fête de la présentation de Jésus au temple et une fête de la lumière.

La nuit de Noël, nous avions célébré le Christ, venu pour être la lumière du monde. Quarante jours après, cette lumière entre dans le temple. Ce lieu, qui était pour le peuple juif celui de la présence de Dieu parmi son peuple, reçoit maintenant la lumière du monde.

Frère André, un ami, un saint source de fierté et de vie pour chacun de nous

Ce n’est pas un hasard si frère André a été canonisé le 17 octobre 2010, c’était la journée mondiale de la lutte contre la misère…